L’accord de 2011 pouvant être amélioré, nous avons démarré depuis 2014 une négociation sur la formation professionnelle Nous avions fondé de grandes attentes dans cet accord qui se voulait précurseur et novateur, le but étant de valoriser nos emplois et de ramener de l’attractivité au sein de notre profession qui
en manque cruellement.

Pour que les jeunes intègrent la profession nous avions donc deux leviers sur lesquels jouer :

  • Une formation complète de haut niveau tout au long de la carrière professionnelle.
  • Une rémunération des jeunes à la hauteur des enjeux.

Après de nombreuses réunions, nous avions réussi à élaborer un texte enrichi d’apports conséquents, de la part des Organisations Syndicales, qui était un bon compromis pour les salariés(es) et les entreprises de la profession.

Il ne fallait qu’un grain de sable pour enrayer ce bel outil dont nous allions nous doter.

Le 8 novembre 2016, dès le début de réunion, la partie patronale a demandé une interruption de séance. A la reprise, les Organisation Syndicales ont senti une tension ne laissant rien présager de bon.

Le 19 décembre nous avons eu l’explication : toute la substance de l’article 27 de notre accord avait disparu pour faire consensus au sein de la partie patronale. D’un coup de crayon la mutualisation du financement de la formation professionnelle n’était plus du goût de tout le monde autour de la table.

Le coup final a été porté lorsque les réévaluations des salaires des apprentis nous ont été transmises.

Comment peut-on ne donner que 15 euros de plus sur un demi SMIC, pourtant exonéré de cotisations patronales et salariales ?

Les Organisations Syndicales sont unanimes, le texte étant vidé de son contenu, elles ne seront pas signataires de cet accord en l’état.

Les Organisations Syndicales réitèrent leurs revendications : Vouloir se doter d’un accord formation à la hauteur en termes de financement, de professionnalisation et de rémunération,. conditions indispensables permettant de contribuer au développement de l’attractivité des professions de notre convention collective.

Paris, le 20 décembre 2016

Share This