QUELS SONT LES ENJEUX POUR CETTE FIN D’ANNÉE 2016 ?

La position de l’Etat sur sa dotation allouée pour l’année 2017 à notre régime d’aménagement de fin de parcours professionnel s’est clarifiée. Leur participation à été inscrite au projet de budget 2017.

Cependant  la   position   des   URSSAF   et   leur   acharnement à vouloir redresser les entreprises sur le principe que le Congé de Fin d’Activité serait une préretraite, nous pose question.

Pour la CGT le C.F.A. n’est et ne sera jamais une préretraite !

Ce dispositif du Congé de Fin d’Activité, a permis de renouveler plus de 30.000 emplois. De plus, durant toute la période du CFA, il est strictement interdit de reprendre une activité salariée.

L’attitude attentiste de la partie patronale sur ce sujet, nous amène à penser qu’elle verrait d’un bon œil cette intervention des URSSAF.

Cela leur donne un motif « légitime » pour revenir sur ces accords !!!

D’ailleurs un syndicat patronal, la FNTR, l’a écrit à ses adhérents dans un de ses bulletins mensuels. Et les mots employés sont clairs, pour eux, c’est la « suppression du CFA » qui est à l’ordre du jour des paritaires sur la protection sociale.

A l’heure actuelle, pour le FONGECFA c’est 7560 conducteurs qui bénéficient de ce système et depuis la création c’est près de 30427 conducteurs qui ont pu ou voulu en bénéficier. Pour l’AGECFA c’est 950 salarié(e)s qui en bénéficient et 3266 depuis sa création.

C’est un avantage social que nous avons arraché au patronat !!!

Aujourd’hui, devant le peu de jeunes qui sont intéressés par la profession, du fait de son attractivité, les patrons ont toutes les peines du monde à trouver des conducteurs pour renouveler les départs en retraite et en CFA. De plus une partie de la profession décide après plusieurs années d’expérience de s’en détourner. Quelle aubaine pour nos tôliers de pouvoir prolonger nos carrières de 5 années, sans compter l’accord Agirc et Arrco signé par la CFDT en fin d’année 2015 qui valide un abattement sur la première année de retraite complémentaire. Enfin que doit-on penser du compte pénibilité, qui aux vues des critères, ne sera applicable que pour très peu de conducteurs….

L’ENJEU EST BIEN CLAIR, IL S’AGIT DE CONSERVER CET ACQUIS SOCIAL .
IL EST ÉVIDENT QUE CELA PASSERA PAR UNE MOBILISATION FORTE.

Nous l’avons vu sur la loi travail. La mobilisation des routiers a permis, même si ce n’est pas encore acté dans le texte, un recul du gouvernement’ au moins pour le transport routier de marchandises.

LA BATAILLE POUR LA SAUVEGARDE DU CFA DOIT S’INTENSIFIER !

Pour la CGT il est clair qu’il faut conserver nos acquis durement conquis, mais aussi en obtenir d’autres. C’est-à-dire conserver le départ en CFA à 57 ans et l’articuler avec le compte pénibilité pour revenir à un départ potentiel à 55 ans pour certains conducteurs.

Il faut en outre ouvrir des droits nouveaux aux salarié(e)s qui n’en ont pas et améliorer le système pour les bénéficiaires actuels en particulier pour :

  • les voyageurs
  • les ambulanciers
  • les conducteurs de -3.5 t
  • les coursiers
  • la logistique

Pour que tous les secteurs d’activité de la branche transport routier et activités  auxiliaires  de  transport,  aient  les  mêmes  droits  en matière sociale. Nous revendiquons le statut du salarié du transport, un statut unique avec un haut niveau de protection sociale, avec des droits at- tachés aux salarié(e)s leur permettant de maintenir leurs acquis en cas de changement de profession ou d’entreprise.

La situation de nos comptes AGECFA et FONGECFA est au retour à l’équilibre et en étendant les cotisations à l’ensemble de la branche, il serait possible d’étendre le dispositif à tous.

Alors, es-tu prêt à prendre ton CFA et à CONQUÉRIR de NOUVEAUX DROITS ?
La CGT oui !


  Tract CFA (374,0 KiB, 18 hits)

TRM
TRV
TDF
Share This