Qu’est-ce la Contribution Additionnelle de Solidarité pour l’Aide à l’Autonomie (CASA) ?

Issue de la loi de financement de la Sécurité sociale, la CASA est un prélèvement social qui s’applique sur les pensions de retraite (régime général et complémentaires), les allocations de préretraite et sur les pensions d’invalidité. En vigueur depuis le 1er avril 2013, elle a pour vocation de financer les mesures engagées pour améliorer la prise en charge des personnes privées d’autonomie.

La CASA concerne les retraités.e.s soumis.e.s au taux plein de la Contribution Sociale Généralisée (CSG) et elle est prélevée à hauteur de 0,3%. Ainsi, vous qui avez travaillé toute votre vie, et qui avez cotisé à la Sécurité sociale (maladie, retraite…), vous financer encore les mesures nécessaires à la prise en charge des personnes âgées que vous êtes devenues !!

Dès 2003, les salariés en activité, ont été contraints de « donner » une journée de travail supplémentaire – dite lundi de pentecôte – non rémunérée !

Et les patrons et leurs actionnaires ? Rassurez-vous, pour eux : 0 contribution !!

C’est le 1er scandale de la CASA.

La Caisse Nationale de Solidarité et d’Autonomie (la CNSA) est chargée de recueillir les fonds versés par la Sécurité sociale, la CASA, la journée de solidarité, notamment.

La CGT dénonce depuis des années la création de cette caisse et son abondement par les seuls salariés actifs, retraités, pré-retraités et invalides. Pour autant, elle exige que la totalité des sommes récoltées soient intégralement reversées aux services s’occupant des personnes handicapées et des personnes en perte d’autonomie.

Et c’est là le 2ème scandale :

Le gouvernement vient de décider de ponctionner 100 millions d’euros dans les caisses de la CNSA pour aider les départements en difficulté.

Et ce n’est pas la première fois que des sommes sont ainsi prélevées, soit pour venir en aide aux départements en difficulté, soit pour être reversées au fonds de Solidarité Vieillesse, pour réduire son déficit, car outre financer le « minimum vieillesse », cet organisme prend en charge les cotisations retraites des chômeurs, hélas toujours plus nombreux !

Ces prélèvements ont un petit air « vignette auto » pour les vieux, non ? La CNSA a été créée pour gérer la compensation de la perte d’autonomie pour les personnes âgées ou handicapées. L’argent pour la compensation de la perte d’autonomie doit rester à la compensation de la perte d’autonomie.

Nous sommes tous concernés, actifs ou retraités. Il n’y a pas d’âge pour tomber handicapés ou être en perte d’autonomie.

C’est la raison pour laquelle il nous faut continuer à demander l’intégration de la perte d’autonomie dans la branche maladie de la Sécurité sociale, laquelle constitue le socle sur lequel repose la protection sociale de la personne, de la naissance à la mort. Cette couverture doit être étendue à l’ensemble des risques – la perte d’autonomie, notamment – encourus tout au long de la vie.


  Perte-dautonomie-SCANDALES (498,6 KiB, 59 hits)