Un démantèlement historique,
TOUS EN MARCHE POUR ARRÊTER CE PROCESSUS !

Le processus revendicatif engagé par la CGT, dès le mois de juin, s’inscrit dans une démarche de long terme avec l’objectif de créer les conditions d’aboutir à un mouvement de grande ampleur, porté par la masse des salariés actifs et retraités, capable non seulement de stopper le processus de régression sociale en cours, mais de gagner de nouveaux droits, de nouvelles conquêtes sociales, une réappropriation des richesses par ceux qui les produisent : les travailleurs !

Le chemin parcouru depuis fin juin est significatif, où le gouvernement -soutenu par de nombreuses forces politiques, le patronat et des organisations syndicales- avait fait le choix d’isoler la CGT, une CGT lucide.

Aujourd’hui, le gouvernement se retrouve de plus en plus isolé pour porter sa politique de régression sociale rejetée très largement par les organisations syndicales (hormis le patronat), par les salariés et –plus largement- par la population…. en témoigne la mobilisation qui se poursuit.

Ce démantèlement du socle social français, avec les ordonnances est historique !

Chacun mesure bien que c’est un nouveau modèle « social » que veut imposer ce gouvernement et tous les libéraux qui le soutiennent, faisant table rase des conquêtes de 36, du programme du Conseil National de la Résistance et des acquis qui furent les fruits d’années de luttes.

Dans ce contexte le mois de novembre a été l’occasion pour les salariés de faire entendre leurs revendications et leur rejet des ordonnances le 16 novembre. La branche des Transports Routiers CGT s’est inscrite dans la journée d’action européenne le 21 novembre pour revendiquer les mêmes droits pour les conducteurs européens et lutter contre le dumping social. Dénoncer la position du gouvernement sur l’exclusion de la route de la directive sur les travailleurs détachés renvoie au pacte routier dont les principes sont connus depuis mai 2017 et qui risque de déréglementer et libéraliser encore plus le secteur.

Toutes nos branches professionnelles sont concernées par l’accentuation de la productivité et la dégradation des conditions de travail pour répondre aux exigences financières du Capital. Nous devons être au rendez-vous pour faire émerger nos revendications pour un développement social, économique et responsable, qui préserve salariés et des « citoyens. »

Share This