image_pdfConvertir en PDFimage_printImprimer

Temps de travail, Salaires, Protection sociale, Retraite …

Le transport collectif de voyageurs par route, tramway et métro connait une évolution majeure qui doit répondre à l’exigence sociétale d’un développement humain durable, dans un contexte économique tendu causé par les politiques d’austérité des gouvernements successifs depuis une dizaine d’année.

Toutefois, pour répondre à la nécessité d’un transport collectif répondant aux besoins de déplacement des citoyens, les pouvoirs publics, accompagnés par les multinationales du transport, mettent en œuvre des politiques de transports se résumant à chaque appel d’offre par des recherches d’économie nouvelle et de pro- ductivité effrénée.

Ils en oublient qu’avant tout, notre activité est faite par des femmes et des hommes qui mettent en oeuvre un service public dans des conditions rendues de plus en plus difficiles.

Aujourd’hui, les conditions sociales et les rémunérations des salariés sont devenues les variables d’ajustement des ambitions politiques et financières des uns et des autres, sans se soucier des conséquences et des drames humains que cela peut occasionner lors de chaque changement d’opérateur ou de contrat lors des appels d’offre.

Pourtant l’argent existe, pour preuve les grandes multinationales du transport collectif affichent toutes des résultats positifs et leur expansion à l’international où leurs investissements, parfois hasardeux, dans les nouvelles formes de la mobilité sont financés par la rente publique issue de l’exploitation des réseaux de transports collectifs.

Pour ne plus subir et apporter une réponse revendicative offensive, la Fédération des transports Cgt propose de construire un statut d’un haut ni- veau social autour de 4 axes :

  • Salaires et Classification
  • Temps de travail et Conditions de travail
  • Protection sociale
  • Autres garanties sociales.

Ils sont autant de leviers pour les opéra- teurs et les donneurs d’ordre pour mettre en concurrence les salariés en faisant pression sur le niveau social de chacun d’eux.

Les situations étant très disparates d’une entreprise à l’autre, d’une convention collective ou statut à l’autre, il ne s’agit pas de nous calquer sur un seul modèle mais de définir, ensemble, ce qui nous apparaît comme le minimum acceptable et d’un haut niveau social pour vivre dignement du fruit de notre travail, garantir notre santé au travail ainsi qu’un équilibre vie privée / vie professionnelle.

Ce statut social doit également permettre d’assurer la sécurité des usagers des trans- ports et des autres usagers de la route.

Pour autant, ce socle ne doit ne pas être le prétexte pour remettre en cause les organisations et acquis existants, mais de garantir que ceux-ci ne peuvent plus servir à mettre en concurrence les salariés pour satisfaire aux ambitions financières des entreprises et des autorités organisatrices de la mobilité.

L’ambition est de garantir des droits nouveaux pour tous, opposables à tout employeur du transport de voyageurs par route, tram et métro.


  Statut unique des salarié-es du transport de voyageurs.pdf (unknown, 37 hits)

StatutUniqueTRANSPORT-webpagaparpage

Share This
Email
Phone
Messenger
Messenger
Phone
Email